Le 25 juin 2016 à 21h00

Musiciens sous influence

Chapelle du Lycée Henri IV

Guastavino, de Falla, Piazzolla, Granados, Grau…

Choeur Aria de Paris
Ensemble de solistes « les Jeunes Voix »
Piano Filippo Nocera
Quatuor de saxophones IDILI

Direction Sylvie Portal

L’influence de l’Espagne en Europe

En Espagne, le folklore et la tradition musicale ont toujours été forts et organisés. À partir du XIXe siècle, les compositeurs nationaux vont y puiser l'essentiel de leur matériau, plus particulièrement le Flamenco.

Avec l'éveil des nationalités, la prise de conscience du génie musical espagnol dépasse les frontières et les compositeurs français commencent à s'enthousiasmer pour le folklore espagnol en réaction à la domination musicale wagnérienne : Liszt, Glinka, Chabrier, Massenet,  Lalo, Ravel, Bizet, Chopin, Saint-Saens.

Trois musiciens vont offrir à leur pays un renouveau musical de grande importance : Albéniz, Granados et de Falla symbolisant à eux trois un nouvel âge d'or de la musique espagnole.

L’influence de l’Espagne en Amérique latine

A leur arrivée, les Espagnols et les Portugais, introduisent des instruments à cordes, cuatro, guitare, qui ont inspiré les Indiens de l'Altiplano pour fabriquer le Charango, instrument emblématique de la musique des Andes, de loin le plus populaire, et la harpe indienne, très présente au Paraguay.

Fin XIXème, les nouveaux compositeurs s'inspirent d'œuvres européennes classiques, en reprenant des thèmes folkloriques. Le grand compositeur brésilien Villa-Lobos en est le meilleur exemple. Il en est de même pour l'œuvre du compositeur espagnol Manuel de Falla qui vécut en Argentine une partie de sa vie et s'est inspiré du folklore.

Gardel, né à Toulouse, puis émigré en Argentine, superbe chanteur, maître du tango argentin, Piazzolla qui grâce à Nadia Boulanger, professeure de composition, utilisera les musiques populaires comme inépuisable vivier d’idées, font entrer le folklore classique argentin dans l’ère moderne du XXème siècle.

En répétition